Maître Coutelier depuis 1902 - Thiers
Suivez nous sur  

Blog

« Trophées PME RMC » à Paris, en route vers la finale !

Remise des "Trophées PME RMC" 2019Elle l’a fait !
Le 23 septembre dernier, la coutellerie familiale Claude Dozorme remportait le concours régional des « Trophées PME RMC » dans la catégorie « artisanale ». Une cérémonie qui s’est déroulée au sein de la CCI Lyon-Métropole, partenaire de cette 10e édition.
« C’est une grande fierté pour notre entreprise familiale d’être ainsi reconnue pour son savoir-faire artisanal mais également une magnifique opportunité pour accélérer notre visibilité à l’échelle nationale » se réjouit Claudine Dozorme.

Il faut dire que la prochaine étape est la grande finale à Paris avec à la clef une campagne publicitaire d’un montant de 100 000 € sur l’antenne de RMC !

Les « Trophées PME RMC », le 1er concours de France dédié aux PME

En mai dernier, RMC lançait la dixième édition des « Trophées PME RMC », le 1er concours de France dédié aux PME qui participent au dynamisme de l’économie française.
Pour cette nouvelle édition, 1 316 entreprises ont candidaté dans l’une des sept catégories en lice : « créative », « jeune pousse », « responsable & durable », « artisanale », « à l’export », « fabriqué en France » et « PME de l’année ».

Remise des "Trophées PME RMC" 2019

Pour Claudine Dozorme, il semblait tout naturel de concourir dans la catégorie « artisanale ». « Même si nous utilisons des techniques modernes comme la découpe laser de nos lames, nous restons des artisans, héritiers d’un savoir-faire transmis par mon arrière-grand-père, Blaise Dozorme preuve en est, toutes les étapes de la fabrication d’un produit estampillé Dozorme sont restées inchangées depuis plus d’un siècle et sont entièrement manufacturées au sein de notre atelier thiernois ».

 

Mettre en lumière le métier de coutelier, un savoir-faire ancestral

Stand Claude Dozorme lors de la remise des "Trophées PME RMC" 2019À travers ce trophée, la coutellerie Claude Dozorme souhaite représenter l’ensemble de la filière coutelière, riche d’un savoir-faire ancestral mais également valoriser le métier de coutelier qui n’a de cesse d’évoluer pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs et coller aux tendances du marché.
« Grâce à ce trophée, les français sauront qu’il existe en France une production de couteaux artisanale de qualité. Ils connaissent les couteaux japonais, allemands mais très peu les couteaux français. Une belle occasion de leur faire savoir ! ».

Autre volonté de la manufacture Dozorme « faire connaître notre métier aux nouvelles générations, leur insuffler l’envie de gonfler les rangs de la filière coutelière, susciter des vocations, pour faire perdurer ce savoir-faire et ses possibilités créatives. » souligne Claudine Dozorme. « D’autant que de nos jours, l’artisanat est un mixte entre tradition et modernité. Le travail manuel est grandement facilité par l’emploi de nouvelles technologies ».

 

Promouvoir Le Thiers®, symbole de toute une profession

Couteau Claude Dozorme Le Thiers®Cette formidable mise en lumière favorisera également la promotion d’un modèle récent et communautaire, véritable étendard de la coutellerie thiernoise : Le Thiers®. Un couteau à l’identité régionale, qui se distingue par sa ligne, son nom apposé sur la lame, son poinçonnage (un « T » inscrit dans un carré) et un cahier des charges strict et qualitatif gage de qualité pour le consommateur que la manufacture Dozorme ne cesse de réinterpréter de manière atypique, originale mais toujours dans l’air du temps.

Ne reste donc plus qu’à patienter jusqu’au mercredi 16 octobre prochain, date de la cérémonie de remise de prix à Paris, parrainée cette année par Arnaud Montebourg, pour savoir si Claudine Dozorme et la manufacture familiale figureront au palmarès 2019 des « Trophées PME RMC ».
Rendez-vous est donc donné le 16 octobre.

Publié le :
Nous y serons posted by:Claude Dozorme Lire la suite

L’Ame luxe, la star des couteaux

La manufacture familiale Claude Dozorme n’a de cesse de proposer une coutellerie toujours plus audacieuse, inventive et empreinte des codes de la haute couture ou de la joaillerie.

L’Ame luxe, la star des couteauxAux 4 coins du monde, nombre de prestigieux établissements (La Tour d’Argent à Paris, Hôtel Royal d’Evian les Bains ou Jean-Georges à New-York pour ne citer qu’eux) n’hésitent pas à habiller leurs tables de couteaux griffés de la célèbre marque à la tête de loup.

C’est pour cette nouvelle clientèle, dont le luxe est une réalité quotidienne, que la manufacture a imaginé un tout nouveau couteau baptisé « L’Ame Luxe ».

 

Une nouvelle création signée Thomas Bastide

Pour cette dernière création, la coutellerie Claude Dozorme s’est rapprochée une fois de plus de Thomas Bastide, designer de renom. Après avoir réinterprété par deux fois déjà Le Thiers®, Thomas Bastide récidive avec une déclinaison du modèle Shadow.

Couteau atypique, le Shadow offre 2 manches asymétriques en Bakélite. Pour cette nouvelle version, il a souhaité substituer une des côtes du manche par une pièce beaucoup plus fine et luxueuse. Habitué à travailler le cristal, Thomas Bastide a donc eu l’idée d’ajouter une pièce de métal taillée comme un diamant à facettes. Pour cela, il s’est inspiré d’une taille existante dans le cristal des lapidaires : la taille diamant pierreries qu’il a appliqué à l’une des côtes en nickel apposée sur ce nouveau couteau Le Thiers®.

Le travail réalisé par le designer sur la face du manche est digne d’un travail d’orfèvre. Une véritable déclinaison haute-joaillerie !
Le dos du manche est proposé en bakélite noire ou crème polie mat ou brillant selon les désirs du client.

Sommeliers Le Thiers - Claude Dozorme

Sommeliers Le Thiers

Clos Laguiole - Claude Dorzorme

Clos Laguiole

L’Ame Luxe, dernier-né de la gamme de couteaux Claude Dozorme, a été lancé lors du dernier salon Maison & Objet. Une déclinaison luxueuse pour les fameux Clos Laguiole et sommelier Le Thiers® a également été présentée en avant-première à cette occasion.

Publié le :
Nos coups de coeur posted by:Claude Dozorme Lire la suite

Claude Dozorme à la conquête de la Chine

Claude Dozorme à la conquête de la ChineAlors que la Maison Dozorme part à l’assaut du marché chinois, sa gérante Claudine Dozorme a décidé de s’entourer d’experts pour accélérer sa démarche commerciale. À ses côtés, Rui Ytournel, une pétillante jeune femme d’origine chinoise installée en Auvergne depuis 2004.

« Je suis arrivée en France en 2004 pour faire mes études. J’ai ensuite travaillé dans une forge et ainsi appris le travail de la matière. », explique Rui. Commerciale export pendant 5 ans, elle décide en 2017 de créer sa société pour accompagner les entreprises du territoire auvergnat dans leurs projets de développement à l’export.

S’ouvrir à l’international pour développer de nouveaux marchés

Claude Dozorme à la conquête de la Chine« J’ai rencontré Claudine Dozorme lors d’un repas de famille car je suis la voisine de ses parents. Mon beau-père est lui aussi coutelier près de Thiers. Elle m’a alors invitée à visiter son usine et j’ai trouvé ses produits très réussis. », se souvient Rui. Les deux femmes échangent, la complicité s’installe… Rui accompagne Claudine sur des salons tels que Maison & Objet à Paris et Ambiente à Franckfort. Ensemble, elles partent ensuite une semaine en Chine pour aller à la rencontre de prospects, s’imprégner de la culture, des us et coutumes et ainsi identifier les possibilités d’exploitation commerciale.

Aujourd’hui, Rui développe des dispositifs liés à l’export et organise les prises de contacts sur le terrain. « En début d’année, j’ai créé un compte Wechat pour la marque Claude Dozorme. C’est une application utilisée par quasiment toutes les entreprises ainsi qu’une grande majorité de Chinois. Là-bas, on échange nos comptes Wechat plus facilement que nos cartes de visite. »

Exporter l’art de vivre à la française : entre challenges et opportunités

Qu’on se le dise, commercialiser des couteaux dans un pays où l’on mange avec des baguettes est un sacré challenge. Mais la marque peut se reposer sur le made in France qui a toujours le vent en poupe, comme l’explique Rui : « La France possède une bonne image auprès du public chinois qui assimile le fabriqué en France aux grandes marques de luxe et autres produits haut de gamme. Notre cible : les professionnels et hôtels-restaurants 5 étoiles. Des particuliers aussi commencent à s’intéresser aux arts de la table et achètent de plus en plus de sommeliers, sabres à champagne. »

Autre atout et pas des moindres : la Manufacture Claude Dozorme est capable de fabriquer des pièces uniques, personnalisées et sur-mesure et ce, en petites séries. « C’est ce qui plaît aux Chinois. », confie Rui avant de poursuivre : « Les Chinois sont également très sensibles au design. C’est un argument de vente très fort qui permet à la marque de se positionner plus facilement sur le marché. »

Les couteaux Dozorme à la conquête de la Chine
Boutique Claude Dozorme en Chine
Publié le :
Nos coups de coeur posted by:Claude Dozorme Lire la suite

Restitution des premières œuvres de Charlotte Charbonnel, en résidence chez Claude Dozorme

Jeudi dernier, le 20 juin 2019, Charlotte Charbonnel, l’artiste parisienne en résidence chez Claude Dozorme depuis le début de l’année, a dévoilé ses premières pistes créatives, fruits de ses séances de travail au sein de la coutellerie. Une première restitution en attendant l’exposition complète issue de son travail sur les métaux, prévue en juin 2020.

Charlotte Charbonnel et Claudine Dozorme

Baptisée Nucleus et installée dans la Grotte du centre d’art contemporain Le Creux de l’enfer, cette installation met en scène de multiples flèches réalisées à partir des squelettes de métal damassé, avec l’aide des employés de la manufacture thiernoise. Installation empreinte des dioramas du XIXe siècle (reproduction des scènes de la vie sauvage), elle illustre une scène de chasse grandeur nature. Fichées dans la roche ou suspendues les flèches, objets à la fois précieux et quasi-primitifs, campent l’image stupéfiante et archaïque d’une attaque suspendue, arrêtée dans son élan.

Utilisant la technique complexe du damas, Charlotte Charbonnel a également testé plusieurs expériences d’assemblages, de découpes et de révélation. Ces expérimentations sont à admirer dans son œuvre Fulgure, exposée également dans la Grotte.

Vitrine du Creux de l'Enfer

Crédit photo : G. Maroni – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

Nucleus

Crédit photo : G. Maroni – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

Le vernissage s’est déroulé au centre d’art contemporain, Le Creux de l’enfer en présence de nombreux invités dont Claudine Dozorme et son équipe venue en nombre découvrir l’œuvre de Charlotte Charbonnel. Il faut dire que comme le souligne Claudine Dozorme « l’équipe s’est révélée au contact de Charlotte. Semaine après semaine, ils l’attendaient. Ils se sont montrés très généreux envers elle et ont su répondre à toutes ses attentes techniques. C’est une très belle expérience qui permet de montrer d’autres aspects de la coutellerie et de valoriser différemment le bassin thiernois ».

Claudine Dozorme et son équipe

Crédit photo : G. Maroni – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

Nucleus et Fulgure de Charlotte Charbonnel, des œuvres à la fois puissantes et poétiques à découvrir jusqu’au 22 septembre 2019 au Creux de l’enfer.

Infos techniques
Nucleus
Dimensions variables
Année de conception : 2019
Matériaux : acier damassé, laiton, pompe et dispositif sonore

Fulgure
5 cm x 200 cm
Année de conception : 2019
Matériaux : acier damassé

Publié le :
Ils ont du talent posted by:Claude Dozorme Lire la suite

Charlotte Charbonnel en résidence chez Claude Dozorme

Depuis le 14 février 2019, la coutellerie Claude Dozorme accueille en ses murs l’artiste Charlotte Charbonnel.

Charlotte Charbonnel en résidence chez Claude Dozorme

Crédit photo : Jodie Way

Ce projet s’inscrit dans le programme « Résidences en entreprise » mis en place par le ministère de la Culture en 2014 et piloté par les DRAC (Directions régionales des affaires culturelles). 15 résidences se déploient aujourd’hui dans toute la France dont 3 en région Auvergne-Rhône-Alpes et dont la vocation est de réunir structure culturelle, artiste et entreprise.
A Thiers dans le Puy-de-Dôme, c’est sous l’impulsion de Michel Prosic, ancien sous-préfet de Thiers et actuel Directeur régional de la DRAC, que ce projet a été initié entre Charlotte Charbonnel, la coutellerie Claude Dozorme et le Creux de l’enfer, centre d’art contemporain.

 

Une résidence initiée par le Creux de l’Enfer

C’est au cœur de la Vallée des Usines, le long de la Durolle, que se situe le centre d’art contemporain, Le Creux de l’enfer dirigé depuis le 8 mars dernier par Sophie Auger-Grappin. Cette dernière a immédiatement été intéressée par le projet de résidence d’artiste qui répond aux nombreux objectifs qu’elle s’est fixée : valoriser le tissu socio-économique du territoire, faire se côtoyer art contemporain et artisanat, technicité et connaissances scientifiques et enfin, faire reconnaître le site à un niveau national.

Résidence d'artiste au Creux de l'Enfer à Thiers

Crédit photo : Massimo Lenzo

La rencontre avec Claudine Dozorme l’a d’emblée confortée dans le choix de la résidence au sein de la coutellerie « Claudine a immédiatement manifesté son intérêt à accueillir Charlotte Charbonnel tout en la laissant libre de ses mouvements et de ses actes. Il faut en effet pouvoir faire confiance à l’artiste, qu’il puisse développer son propre travail sans être instrumentalisé. Pour l’artiste, il fallait trouver quelqu’un d’ouvert, de curieux et capable de travailler en collaboration car pour qu’une résidence fonctionne, il faut que les 2 parties soient dans le dialogue, qu’elles communiquent. Avec Charlotte Charbonnel, artiste protéiforme très cultivée et très curieuse, le projet s’annonçait sous les meilleurs auspices ».

 

La coutellerie, un nouveau terrain d’expérimentation pour Charlotte Charbonnel

Charlotte Charbonnel en résidence chez Claude Dozorme

Crédit photo : Jodie Way

Pour cette première résidence en entreprise, Charlotte Charbonnel sort de sa zone de confort. Habituée à créer une œuvre en partant d’une idée, elle fait ici le chemin inverse de son processus créatif.

Elle part du savoir-faire coutelier propre à la manufacture Dozorme et se confronte aux machines et aux hommes pour construire son projet. « A chacune de mes visites, chaque ouvrier prend du temps pour m’expliquer les différents matériaux et étapes de fabrication. Il y a un vrai échange, c’est ultra motivant. Aux côtés de Jérôme Ollier, l’un des ouvriers de l’atelier, j‘ai pu expérimenter la technique de guillochage et d’emboutissage. Il m’a montré les gestes et m’a guidé sur mes premières manipulations. Lui, il vit couteau, respire couteau, ça fait partie intégrante de son ADN. Il ne se rend même plus compte de l’or qu’il a entre les mains ».

 

Une cohabitation qui fait sens

Charlotte Charbonnel en résidence chez Claude Dozorme

Crédit photo : Jodie Way

Les salariés de la coutellerie deviennent dès lors les témoins privilégiés d’un processus de création qui engage un nouveau regard sur leur propre activité et doit contribuer à changer leur perception du monde de l’art.

Une magnifique opportunité pour la coutellerie Dozorme comme le souligne Claudine Dozorme « notre manufacture doit se déconnecter de ses contingences économiques. Elle doit se recentrer sur l’aspect humain. Être là pour favoriser les belles rencontres, valoriser un savoir-faire et fédérer les employés autour d’un projet artistique ambitieux ».
Une belle manière de faire rentrer l’art contemporain dans le monde souvent très cloisonné de l’entreprise.

Le 20 juin 2019, Charlotte Charbonnel exposera ses premières pistes créatives au Creux de l’enfer.

 

Qui est Charlotte Charbonnel ?

A tout juste 39 ans, Charlotte Charbonnel est une artiste inclassable. À la fois plasticienne, peintre, sculptrice mais également dessinatrice, scénographe, preneuse de son, chercheuse voire même alchimiste, cette diplômée des Beaux-Arts de Tours et des Arts Décoratifs de Paris, n’a de cesse de vouloir tisser des liens invisibles qui unissent les matières élémentaires. Son travail découle d’une recherche empirique à entrées multiples : écoute et capture de matériaux ou de phénomènes naturels, exploration des différents états de la matière, observation méticuleuse de substances insaisissables… Elle trouve ainsi dans les fluides indécis, les ondes capricieuses, les nuées, fumées, ou autres formes brumeuses, un terrain d’expérimentations illimité. Pour cette artiste urbaine qui vit et travaille à Paris, la Nature reste invariablement sa plus grande source d’inspiration. Elle y puise son énergie et sa créativité sans limite au service de ses œuvres.

Œuvre - Charlotte Charbonnel

Publié le :
Ils ont du talent posted by:Claude Dozorme Lire la suite

Au SIRHA à Lyon pour la finale du Trophée du Maître d’Hôtel

Le début d’année démarre sur les chapeaux de roues pour la coutellerie Dozorme !

Après une participation réussie au salon Maison & Objet à Paris, la manufacture familiale met le cap sur Lyon. Direction le Sirha, le rendez-vous mondial de la restauration et de l’hôtellerie !

Au SIRHA à Lyon pour la finale du Trophée du Maître d’Hôtel

Crédit photo : Diph Photography

C’est au cœur de ce temple de la gastronomie dédié aux professionnels que se déroulera la finale de la 2e édition du Trophée du Maître d’hôtel, le samedi 26 janvier. Trophée dont la manufacture est partenaire pour la première fois.

Au SIRHA à Lyon pour la finale du Trophée du Maître d’Hôtel

Crédit photo : Diph Photography

Organisé par l’association Service à la Française, le Trophée du Maître d’Hôtel met à l’honneur le service en salle. Au cours de la grande finale organisée au Sirha, 6 candidats mettront en valeur l’excellence, la tradition et l’innovation du métier à travers différentes épreuves : art du service, savoir être, cocktail, culture professionnelle, sommellerie et boisson. Ils seront soumis à l’œil expert et avisé d’un prestigieux jury composé de plus de 20 professionnels, MOF et autres grands noms du métier, dont Claudine Dozorme.
Les couteaux de la manufacture ne seront pas en reste lors de ce Trophée puisqu’ils seront mis à profit des candidats lors de l’épreuve du pain et de celle autour de la noix de Saint-Jacques.

Au SIRHA à Lyon pour la finale du Trophée du Maître d’Hôtel

Crédit photo : Diph Photography

A l’initiative de ce trophée, 4 passionnés qui agissent quotidiennement pour valoriser les métiers de services et les arts de la table : Denis Férault – MOF Maître d’Hôtel et proviseur du lycée Paul Augier à Nice, Hervé Parmentier – Directeur du restaurant Pierre Gagnaire à Paris, Denis Courtiade – Directeur du restaurant Alain Ducasse au Plaza Athénée à Paris, Stéphane Trapier – Directeur du restaurant La Tour d’argent à Paris et Patrick Chauvin – MOF Maître d’Hôtel et directeur délégué du lycée Albert de Mun à Paris.

Un concours destiné à la valorisation des métiers de la salle et de l’art du service car on ne le répétera jamais assez, l’art de la table est un art majeur !

Au SIRHA à Lyon pour la finale du Trophée du Maître d’Hôtel

Crédit photo : Diph Photography

Mais la manufacture Dozorme n’en restera pas là. Elle sera également présente sur un stand dédié pour faire découvrir toutes ses dernières innovations en matière de couteaux de cuisine ou couteaux de table. Parmi les produits exposés, l’accent sera mis sur sa gamme de couteaux Laguiole by Dozorme et Le Thiers® by Dozorme.

Alors pour en savoir davantage sur l’univers de la manufacture thiernoise, rendez-vous au Sirha du 26 au 30 janvier 2019 !

En pratique
SIRHA
EUREXPO / Lyon
Du 26 au 30 janvier 2019
Stand Dozorme 6D103

Trophée du Maître d’Hôtel
Samedi 26 janvier 2019 – De 14h à 18h
Plus d’infos sur Facebook

Publié le :
Nous y serons posted by:Claude Dozorme Lire la suite

Les couteaux Dozorme hôtes de marque de la Tour d’Argent

Qui n’a jamais rêvé de franchir la somptueuse grille en fer forgée qui marque l’entrée de la Tour d’Argent pour passer un moment d’exception dans une maison chargée d’histoire ? Haut-lieu de la gastronomie française, qui a vu passer les plus grands, des têtes couronnées aux rock stars en passant par les chefs d’États, la Tour d’Argent fascine et ne peut laisser indifférent…
Il faut dire que la beauté du lieu, sa vue imprenable sur Paris et sa table gastronomique entre tradition et création en font un lieu des plus prisés.

Dans cet établissement à la renommée internationale, l’art de vivre à la française est érigé comme un art majeur. De l’accueil, au raffinement du décor via la qualité exceptionnelle des mets proposés, rien n’est laissé au hasard. Le service en salle a également ses codes. Fascinant, il demande rigueur et précision. Cette recherche d’excellence, ce souci du détail, ce cérémonial participent à la renommée de la gastronomie française.

La Salle Jour de la Tour d'Argent - Crédit photo : Herminie Philippe

La Salle Jour de la Tour d’Argent – Crédit photo : Herminie Philippe

 

Stéphane Trapier

Stéphane Trapier

C’est dans cette écrin sans pareil que nous retrouvons la griffe de la manufacture Dozorme. Depuis 2 ans, la coutellerie thiernoise collabore avec ce monument du patrimoine national pour la découpe d’un plat emblématique de l’établissement “le canard au sang” ou “caneton Frédéric Delair”. Stéphane Trapier, Directeur du restaurant, explique « Née en 1890 sous la houlette de Frédéric Delair, maître d’hôtel devenu propriétaire au milieu du XIXe siècle, cette recette est intégralement codifiée. Elle requiert une découpe bien spécifique qui nécessite d’avoir de très bons couteaux. Nous avions eu, par le passé, l’opportunité de tester les couteaux de cuisine Dozorme par le biais de la Fédération des Fromagers de France qui collaborent avec la coutellerie. Le tranchant et le design des couteaux Dozorme alliés au savoir-faire inestimable de cette marque centenaire nous ont d’emblée séduit ».

Pour la découpe du « caneton Frédéric Delair », Stéphane Trapier a donc fait le choix de deux couteaux Dozorme aux caractéristiques bien précises : le 1902 et le Haute Cuisine.
Proposé avec son manche en Vallernia, le couteau de cuisine 1902 présente une lame assez rigide qui permet de lever les cuisses. Quant au couteau Haute Cuisine, sa lame plus souple permet un travail de précision, idéale pour lever les magrets.
Ces 2 couteaux Dozorme sont également utilisés pour la découpe de l’agneau de lait ou pour celle du foie gras.

Couteau 1902 par la coutellerie Claude Dozorme

Couteau 1902 par la coutellerie Claude Dozorme

Couteau Haute Cuisine par la coutellerie Claude Dozorme

Couteau Haute Cuisine par la coutellerie Claude Dozorme

Des couteaux d’exception pour des produits d’exception dans un lieu d’exception !

La Tour d’Argent
15 quai de la Tournelle
75005 Paris
+33 (0)1 43 54 23 31
resa@tourdargent.com
www.tourdargent.com

Publié le :
Chez les chefs posted by:Claude Dozorme Lire la suite
  • Claude Dozorme

  • Contact

      Address
    Z.A. Racine | Quartier Fontane
    63650 La Monnerie - Le Montel
    France

       +33 (0) 4 73 51 41 06
       +33 (0) 4 73 51 48 51

Suivez-nous :